Madame Bovary - Vendredi 19h45 - Dimanche 16h45


Emma s'ennuie dans son état d'épouse. C'est une rêveuse exaltée, romantique et plutôt naïve. Au sein de ce village normand, les prédateurs mâles cependant ne manquent pas pour exploiter la crédulité de cette jeune femme immature. En l’occurrence ici, le jeune Léon clerc de notaire, qui sait user des poncifs les plus éculés pour séduire cette éternelle adolescente.
Flaubert exécute le Romantisme, à coup de phrases imparables.

- Les vendredis à 19h45
- Les dimanches à 16h45

Supplémentaires vacances de Noël 2018 :
- Les mercredis 26/12/18 et 02/01/19 à 18h

Dates : A partir du 31 aout 2018 !
Tarifs : TP : 24€ - TR : 18€
Auteur : Flaubert
Mise en scène : Eric Chartier
Avec : Eric Chartier
La presse en parle :

  Éric Chartier, comédien et chercheur : création dramatique et pédagogie numérique, un cocktail détonant

Éric Chartier est un comédien chevronné, qui trace son chemin depuis 40 ans de façon très originale. Sa spécialité : la récitation dramatique de grands textes du patrimoine littéraire français. Son « Graal : restituer la secrète respiration de l’écriture. » Mais c’est aussi un chercheur, passionné par la pédagogie et l’innovation technologique, soucieux de favoriser l’accès des jeunes générations aux grands textes (e-learning).

Seul en scène, debout dans le noir, sans le moindre artifice, ancien ou moderne - ni décor, ni écran, il vous cueille et vous embarque : A la recherche du temps perdu, Manon Lescaut, Madame Bovary, Les Mémoires de Saint Simon, Les Confessions de Rousseau… Ces textes, qui ne sont pas les plus faciles du répertoire, c’est peu dire qu’il les dépoussière. Il les révèle, il les réveille. Le jeune public adore. Cette récitation dramatique, qui tient du stand up, de la possession, de l’incantation, de la transe, suscite chez tous ceux qui y ont assisté, comme par contagion, un flot d’images et d’émotion, une hypnose féconde. Et un désir : celui de (re)plonger sur le champ dans la source : le livre.

Le corps y joue le premier rôle, tout comme le respect minutieux du texte. Éric Chartier se réclame de l’art antique de l’aède et du rhapsode. C’est pourquoi sans doute les jeunes gens y sont aussi sensibles. Ses spectacles, portés par le seul canal de sa langue et de son souffle, de sa sensibilité et de sa prestance ébouriffée, ne sont pas des « lectures » mais des oratorios pleins de flamme, de nuances et de malice, des hymnes à la puissance du verbe, du style, du souffle créateur.


 Automates Intelligents - Octobre 2018